Succubus nights, de Richelle Mead

Posté par jellybells le 13 novembre 2010

succubus nights richelle mead

« L’amour, ça fait mal. Et nul ne le sait mieux que Georgina Kincaid, à qui il suffirait d’embrasser son petit ami pour le vider de sa force vitale. Car Georgina est un succube, un démon qui tire son pouvoir du plaisir des hommes. C’est vrai qu’il y a des compensations plutôt sympas : elle peut changer de corps à volonté et elle est immortelle. Mais ne pas pouvoir roucouler avec le seul homme qui l’accepte comme elle est, c’est trop injuste ! Dans la librairie où elle travaille, c’est aussi un peu chaotique. Son collègue Doug a un comportement pour le moins étrange et Georgina soupçonne quelque chose de bien plus démoniaque qu’une overdose d’expressos. Et voilà que son meilleur ami immortel, un incube irrésistible, l’appelle sur une mission de séduction plus que délicate. Une fois encore, Georgina va devoir remuer le ciel et l’enfer, et vite ! »


J’ai dévoré ce deuxième tome qui était a la hauteur de mes attentes! J’adore toujours autant Georgina! Et Seth! Ahhh ça y est je l’ai trouvé l’homme idéal!!!! lol! Enfin, Georgina l’a trouvé! Sauf, qu’elle ne peut pas faire l’amour avec lui…ni même lui donner un baiser digne de ce nom! Sinon quoi? Sinon, ce sont quelques minutes, quelques heures, quelques années de vie qu’elle lui volera!

Mais l’amour sans sexe, ça existe non? Euh… les avis divergent sur la question…


« -Dis-moi, Doug, est ce que tu penses qu’un homme et une femme peuvent sortir ensemble sans coucher?

Il s’était penché très loin en arrière dans le fauteuil et bascula brusquement en avant.

-Oh, mon Dieu. Tu envisages sérieusement de te joindre aux groupies.

-Je ne plaisante pas. Un homme, une femme, pas de sexe. Rêve ou réalité?

-Bon, d’accord. Pour combien de temps? Une semaine?

-Non. Plutôt des mois.

-Ils sont Amish?

-Non.

-Ils sont moches?

-Euh… Non.

-Alors, non. »


Seul l’ange Carter, semble être du côté du couple. Mais, ses soucis de couples ne sont pas les seuls a tracasser Georgina… Son ami Doug se comporte bizarrement depuis quelque temps,et il y a cette sensation étrange qu’elle a eu plusieurs fois… un immortel que personne ne connaît, traînerait-il dans les parages?


Et il y a aussi la venue de Bastien, l’incube, et grand ami de Georgina qui lui demande son aide…


voilà j’en dis pas plus, sur l’histoire… que j’ai bien aimé. Certes, certains passages sont plutôt prévisibles, mais, ça reste un bon moment a passer, j’adore les dialogues, il y a beaucoup d’humour et d’émotion, une bonne intrigue, quelques passages acidulés ;p …toujours bien dosé!


Une fois le nez dedans, dur dur de décrocher!

Vite Viiiiiiiite je veux lire la suite!!!!!!!!!

4/12 Succubus nights, de Richelle Mead dans Bit-Lit 2ypmbo8

Publié dans Bit-Lit | 8 Commentaires »

Succubus Blues, de Richelle Mead

Posté par jellybells le 8 novembre 2010

succubus blues richelle mead

 

« Georgina Kincaid est succube a Seattle. A priori un choix de carrière plutôt sympa : la jeunesse éternelle, l’apparence de son choix, une garde-robe top-niveau et des hommes prêts à tout pour un simple effleurement. Pourtant, sa vie n’est pas si glamour : pas moyen de décrocher un rancard potable sans mettre en péril l’âme de l’heureux élu. Heureusement, elle est libraire, et son travail la passionne! Livres à l’œil, moka blanc à volonté… et la possibilité d’approcher le beau Seth Mortensen, un écrivain irrésistible qu’elle rêve – mais s’interdit – de mettre dans son lit. Mais les fantasmes devront attendre. Quelqu’un s’est mis en tête de jouer les justiciers dans la communauté des anges et démons. Bien malgré elle, Georgina est propulsée au cœur de la tourmente. Et pour une fois, ses sortilèges sexy et sa langue bien pendue ne lui seront d’aucun secours. »


De retour avec de la bit-lit!!! Cela m’avais quand même manqué!!! Et c’est une bonne surprise, ce Succubus blues! Après, Sookie la télépathe, Anita la nécromancienne, Mercy la coyote…voici Georgina, la succube!


Dans ce premier tome, on fait la connaissance de Georgina, ce qu’elle fait, où elle vit, où elle travaille, mais aussi, ses origines, comment elle est devenue succube, ce qui la différencie de ses congénères…

Suite au meurtre d’un vampire avec lequel elle a eu un accrochage, elle est soupçonnée par l’archidémon (en gros, c’est le chef démon du secteur), puis ne faisant aucun doute qu’elle est innocente, elle décide de rechercher qui pourrait être assez fort pour s’en prendre à un vampire…


En dehors de tout cela, elle mène également une vie parmi les humains, elle travaille dans une grande librairie et est une grande fan d’un écrivain célèbre, Seth Mortensen, qu’elle rencontre pour la première fois, et fait la connaissance de Roman. Les deux hommes très différents plaisent tout deux à Georgina, et c’est réciproque…seulement voilà, rien qu’un baiser, et elle leur volerait inévitablement une partie de leur force vitale! Et ouais! Ça craint d’être une succube! Immortelle, le pouvoir de se transformer à volonté… mais condamnée à «  l’amour sans amour ».

Alors, bon, qui dit succube, dit sexe forcément!!! Et en effet, c’est plutôt chaud par moments. Il règne souvent une tension sexuelle entre Georgina, et ses (nombreux) prétendants. A l’instar de ses « camarades » héroïnes de bit-lit, Georgina a beaucoup de succès auprès des hommes…normal, c’est une succube! Elle se nourrit de la force vitale de ses partenaires sexuels qu’elle choisit selon leur « moralité » (elle ne s’en prend pas aux types biens!) .Pour ce qui est des scènes torrides…et bien, c’est assez graphique, mais moins que chez Laurell K. Hamilton, et plus que chez Charlaine Harris. Un bon compromis donc!


Rassurez vous cependant, Richelle Mead a su trouver un équilibre entre romance et intrigue! J’en vois déjà soupirer de soulagement!!

On retrouve ici des critères courants dans la bit-lit. Une héroïne sexy et intelligente, des créatures surnaturelles (vampires, anges, démons…) de l’humour, de la romance, et un mystère a résoudre. Manque peut être un brin d’action! A la fin, Richelle Mead nous fait un coup a la twilight…(vous savez quand James mord Bella et qu’elle s’évanouit? Quand elle se réveille, pu de James, et un clan Cullen venu la secourir! Ben c’est dans le même genre).


Je vais revenir a ma petite formule, j’aime/j’aime pas comme aux débuts du blog ;)


J’aime: le « trio » amoureux, j’aime toujours, en espérant que ça ne revienne pas dans les prochains tomes, c’est quand même casse gueule comme truc (regardez Anita, elle a commencé comme ça, et maintenant c’est carrément un harem!), et puis, toute les héroïnes de bit-lit que je lis, présentent ce genre de schéma amoureux.

Les anges et démons (argh pourquoi a chaque fois je pense à Dan Brown? Grrr) toutes les recherches sur la mythologie, la bible…

J’ai été très émue par Georgina, elle est vraiment très attachante. On peut très facilement s’identifier à elle, avec ses envies, ses désirs, ses erreurs, les choix qu’elle doit faire entre amour et devoirs ect…

Pour le début d’une saga, ça démarre plutôt pas mal, l’auteur nous donne suffisamment de renseignements sur le passé du personnage principal, tout est bien expliqué sur l’univers dans lequel on plonge.


J’aime pas: euh…non jvois pas…

Donc, on peut facilement en conclure, que j’ai aimé, que je vous conseille vivement cette lecture, et que j’ai hâte de lire la suite!! J’ai déjà acheté le tome 2 donc, je vous dirai très vite ce que j’en pense!!

3/12Succubus Blues, de Richelle Mead dans Bit-Lit 2zf8n0k   mu9aht dans Bit-Lit

Publié dans Bit-Lit | 5 Commentaires »

Psychanalyse du libertin, d’ Alberto Eiguer

Posté par jellybells le 26 octobre 2010

psychanalyse du libertin, alberto eiguer, dunod

« Les libertins sont-ils des pervers? Le libertinage épousant l’histoire. Libertinage et prédation. Aux limites du libertinage. Le père et la loi. Tentation addictive. Tentation passionnelle. Séducteurs dans la littérature. Perspectives thérapeutiques. »


Alberto Eiguer fait l’étude du libertin, celui tel qu’on le voyait autrefois, et tel qu’il est aujourd’hui.

Son analyse est étayé par des cas cliniques, et des exemples dans la littérature tels Casanova, Don juan etc…


Il nous explique les différences dans les comportements, entre préférences sexuelles, comportements sains, perversions, comportements pathologiques…


Bien qu’intéressant, j’ai eu le plus grand mal a lire ce livre, je ne suis d’ailleurs pas allée jusqu’au bout. La lecture a été laborieuse, entre pauses, retours en arrière…puis pour au final en arriver à abandonner, ce qui ne m’était pas arrivé depuis très longtemps.


Je n’ai pas grand chose à dire sur cette psychanalyse du libertin… qui est très loin de m’avoir marqué…en fait, pour une bonne part du livre, je n’ai pas appris grand chose de neuf… si ce n’est à redéfinir le terme…


Merci a babelio et les éditions Dunod pour ce partenariat.

 

Publié dans Psy | 2 Commentaires »

Les passagers de la pluie, de Claire Jeannerod Chastan

Posté par jellybells le 15 octobre 2010

Les passagers de la pluie, de Claire Jeannerod Chastan dans contemporaine 2vmbxh4

« David ouvrit la porte et l’odeur le saisit, comme la veille au bord du gué ce relent de poudre à canon et de silex battu. Une lumière hésitante d’aube noyée se levait sur la campagne brune et grise. La rivière hors de son lit avait rejoint les eaux ruisselantes, les eaux jaillissantes, les eaux dormantes et stagnantes, pour ne former plus qu’un immense lac sur lequel flottait la maison comme une île. De la terre gorgée sous les montagnes assommées de pluie, des ravins sonores et de leurs sources renaissantes, des arbres froids inondés jusqu’à mi-tronc, montaient par milliers des petits bruits de goutte à goutte, de ventouses, de succion, de baisers mouillés. L’air saturé d’eau contenait la menace des pluies prochaines, à peine retenues pour un semblant de répit matinal. David resta figé devant ce spectacle, frissonnant sur le seuil au paillasson mouillé. Puis il entendit, à des voix derrière la porte, à des bruits de vaisselle et de chaises déplacées, que du monde s’était levé et s’activait dans la cuisine. »


Une chose est sûre, je ne m’attendais absolument pas à cela !!

Ce livre m’a vraiment surprise. On commence par découvrir le personnage de Béatrice qui est tout sauf sympathique… Elle n’aime pas sa vie, s’intègre mal à sa belle famille et ne parle plus à la sienne. En fait, elle se désintéresse de tout même de ses enfants… Les deux seules personnes qui l’intéressent sont elle et Jonas, son beau-frère qu’elle convoite…


Puis soudain, le récit change. On passe d’un récit à la 3ème personne à une narration du point de vue de sa fille Justine qui nous donne son point de vue de petite fille… Cette dernière nous apprendra que suite à certains évènements, elle ne reverra plus Jonas…


On repasse ensuite à un récit à la 3eme personne qui nous emmène à la rencontre de nouveaux personnages… Mais quel est le point commun ??? Et bien vous verrez ! Je ne peux rien dire de plus au risque de vous gâcher la surprise…


Bonne ou mauvaise surprise ? Difficile de répondre…


Découvrir ce qu’il est arrivé à Jonas m’a vraiment mise en haleine… Et quelle déception !!! Chuuuut ! Je ne dis rien de plus, n’insistez pas !!!


Le début est assez long. On attend… Attend… Attend que les histoires se recoupent… Puis on se dit « Ahhh c’est ça !!! » et enfin on découvre où tout cela nous mène réellement. Personnellement, j’avoue que j’ai été plutôt déçue par le dénouement !


Les personnages sont plutôt survolés (faut dire que c’est très court…170 pages), ils sont en grande partie antipathiques.

J’ai détesté l’épilogue…


Toutefois, je n’ai pas que des mauvaises choses à dire…


En effet, c’est tout de même très bien écrit. Les descriptions sont efficaces et l’ambiance est vraiment prenante. L’intrigue, bien qu’elle m’ait déçue par son sujet, est quand même très bien menée. L’auteur m’a bien eu sur ce coup là et je suis certaine de ne pas être la seule à ne rien avoir vu venir !!


J’ajouterais que l’auteur prend parti. Elle dénonce, accuse, elle ne prend pas de gants avec ses protagonistes et ne les dépeint pas sous leur meilleur jour… A part Colline et les anglais, les autres sont loin d’être de beaux représentants de l’espèce humaine !


Mon personnage préféré est Justine. Le passage où elle raconte une partie de l’histoire est vraiment chouette ! Son point de vue de petite fille est très rafraîchissant !


Voici un extrait du point de vue de Justine que j’ai bien aimé:


« Si les adultes étaient moins compliqués, leurs enfants pourraient les interroger sur leur soucis, et ils soulageraient leur âme en racontant tout. Moi si je demande à maman ce qui ne va pas ou pourquoi elle a l’air triste, elle me répond que tout va bien et que cela ne me concerne pas. Mensonge et injustice. »


Je n’ai pas adoré mais je suis bien loin d’avoir détesté… Autant dire que c’est un calvaire d’écrire mon avis sur ce livre… C’est bien plus facile d’écrire une éloge ou au contraire de « descendre » (j’aime pas ce terme mais j’avais rien de mieux sous la main…) un bouquin !

 

Merci QUI ??? Merci à Livraddict et aux éditions Baudelaire pour ce partenariat ! J’en profite pour parler du support du livre car je ne connaissais pas les éditions Baudelaire et je suis ravie ! Le livre est très beau ! D’ailleurs, c’est la couverture qui m’avait d’abord attirée !

Et merci à Biboo qui a corrigé mes (nombreuses) fautes ;p

Publié dans contemporaine | 4 Commentaires »

changement de décor

Posté par jellybells le 3 août 2010

Encore du changement !

Je ne suis pas encore tout a fait satisfaite, mais je trouve que ce n’est pas évident sur unblog pour personnaliser !

merci à ma Biboo qui m’a aidé!Parce que pour trouver un fond qui se répète correctement c’est l’enfeeeeer!!

je me demande si je ne ferais pas mieux de déménager mon blog, mais ça m’embête de devoir changer d’adresse etc…

bon, voilà…vous en pensez quoi?

A bientôt pour de nouvelles chroniques littéraires!!

Publié dans blabla... | 17 Commentaires »

La Licorne, tome 1 : Le dernier temple d’Asclépios, de Gabella et Jean

Posté par jellybells le 3 août 2010

La Licorne, tome 1 : Le dernier temple d’Asclépios, de Gabella et Jean dans BD comics manga x40v0w

« 1565. Plusieurs anatomistes réputés meurent dans des conditions étranges. À Paris, Ambroise Paré, chirurgien du roi en bute aux médecins de la Faculté – qui voient en lui un rustre parvenu – constate le décès de l’un d’eux. En enquêtant, il croise d’inquiétantes créatures et découvre que certaines recherches – que le pouvoir et l’Église cherchent à étouffer – sont en jeu… »


Des dessins à tomber, et un scénario excellent pour cette BD qui vous plongera en pleins fantastique sur fond historique, très bien documenté. Rencontrez Ambroise Paré, père de la chirurgie moderne qui voit ses convictions scientifiques ébranlées par la découverte de créatures fantastiques, et d’un complot auquel il se retrouve mêlé malgré lui.


Pleins de rebondissements, une intrigue qui vous tient en haleine, giclées de sang et pluie d’intestins (miam ;p) sont au rendez-vous!


Le marriage du scénario et du graphisme abouti à un mélange de fantastique et de réalisme, avec de petites touches d’humour et un langage parfois chatier, parfois médical, à une époque où la médecine côtoit l’ésotérisme et l’astrologie…


Le graphisme est magnifique, très réaliste, intelligent, avec des personnages très expressifs parfois limite caricaturaux, des couleurs, et lumières nous engouffrent dans une ambiance pesante et mystérieuse. L’impression de mouvement, est magnifique. Le dessin, est fluide, délicat, la mise en scène pertinente, accrocheuse!


On en prend pleins les yeux! Et on a qu’une envie lire la suite! D’autant qu’on fini sur un cliffanger! Grrrr!!


Merci qui? Merci flof13 pour m’avoir gentiment prêté les 3 tomes (ouf pas besoin d’attendre pour connaître la suite!). Vous trouverez son avis ICI!

2/1023uopky dans BD comics manga    

 

2/12  2zf8n0k

Publié dans BD comics manga | 4 Commentaires »

Les Incontournables Spider-Man, tome 1 : Le Costume Maléfique, de David Michelinie & Todd McFarlane

Posté par jellybells le 3 août 2010

Les Incontournables Spider-Man, tome 1 : Le Costume Maléfique, de David Michelinie & Todd McFarlane dans BD comics manga 16h6kw2

« Afin de faire connaitre au plus grand nombre les exploits de Peter Parker alias Spider-man.Nous avons choisi de vous proposer, dans la série de magazine : Spiderman : les incontounables, les meilleures sagas du passé de l’homme-araignée.Tantôt Tragique tantôt réjouissante, souvent incroyables, les aventures de Spider-man mettent toujours notre héros face à ses propres démons.Mais Peter Parker n’est pas homme à se laisser abattre facilement et il sait se souvenir des enseignements de son oncle Ben : de grands pouvoirs impliquent toujours de grandes responsabilités !Ces volumes présentent les étapes marquantes de la vie privée et publique de Peter Parker, un super-héros tout ce qu’il y a de plus humain. »



Je m’attaque enfin à mon challenge BD…il était temps!!!


Et malheureusement cette lecture fut désastreuse! Honnêtement, je ne suis pas allée plus loin que la 2eme histoire!!!


J’ai TOUT détesté!!! Il faut savoir que coté comics, je n’ai quasiment rien lu, à part quelques aventures de Wolverine… Donc, je n’y connais absolument rien!


J’ai emprunté ce 1er tome à Coquelicot, en me disant que ce serait un bon moyen de me faire une idée… et bien oui, je me suis vite fait une idée!! j’ai détesté le graphisme! Les dessins de Todd Mc Farlane sont à la limite de la caricature, j’ai trouvé ça laid! Les scènes d’actions, c’est le foutoire, on voit pas grand chose! C’est assez bourrin, aucune finesse…bref aucun charme à mon avis…


Coté histoire, ben on en apprend pas des masses, c’est surtour de la baston, Mary Jane qui pleure…et franchement j’ai pas cherché plus loin!!! Le méchant Vénom, qui d’après ce que j’ai compris est censé être l’un des grands méchants des aventures de l’homme araignée, est en gros un journaliste râté qui n’assume pas ses échecs et rejette toute la faute sur Peter Parker… et du coup il s’en prend a Mary Jane etc…ben parlons en d’ailleurs d’M-J! Quelle nunuuuuuche! Je la supporte pas! En gros c’est une pin-up sans cervelle… Bref comptez pas sur elle pour promouvoir que les mannequins aussi ont de la cervelle! Lol! Bon, pis Spiderman, voilà quoi…côté charisme on repassera!


Bon en même temps, ça date des années 80 tout ça…alors peut être qu’à l’époque ça le faisait, c’était peut être un style inovant blahblah…mais je ne suis pas une pro des comics,  je n’ai pas de références dans le domaine…et propablement que mon avis ne vaut pas grand chose! 

En tout cas, pour moi ça ne passe pas!

Donc, hyper grosse deception!!! Une chose est sûre, je n’irai pas emprunter la suite!!!

1/10 23uopky dans BD comics manga

 

Publié dans BD comics manga | 2 Commentaires »

LE SOUFFLE DES MARQUISES, de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas

Posté par jellybells le 2 août 2010

le souffle des marquise de muriel bloch

  

« Lille, 1862 : Éléonore a dix ans et une oreille exceptionnelle.
Son père devient fou de rage lorsqu’il découvre qu’elle joue de la musique en cachette : ce n’est pas convenable ! Pour lui faire passer l’envie de devenir musicienne, il l’envoie à Paris chez son oncle et sa tante, qui tiennent une blanchisserie. Mais l’enfant trouve vite le moyen de se faire embaucher dans l’atelier de fabrication d’instruments de Monsieur Adolphe Sax, le génial inventeur du saxophone.
Commence alors une vie peuplée d’amitiés et d’amours impossibles, entre Montmartre et Pigalle, où se croisent peintres, artistes et tout le petit peuple de Paris, aux temps de la Commune et des premières Expositions universelles. Devenue une musicienne hors pair, Éléonore rencontre un trompettiste américain qui va bouleverser sa vie. Le souffle de cet amour la conduira au-delà de l’Atlantique, jusqu’à La Nouvelle-Orléans…
Le premier tome d’une saga historique, qui, à travers des figures incontournables de la musique, comme les frères Sax, raconte le destin hors du commun d’une jeune fille passionnée et éprise de liberté. »


Je n’avais (il me semble) jamais lu de romans historiques…a vrai dire, j’avais une certaine appréhension…je pense sincèrement que c’est un genre délicat à manier. Mais le résumé m’avait fortement mis l’eau a la bouche…et cette couverture!!!


J’ai avec plaisir suivi les aventures d’Eléonore Leblanc, jeune cornettiste (elle joue du cornet à piston, qui est un instrument a vent en cuivre) dont le père refuse de la laisser jouer! Pensez-vous, une fille musicienne, ce n’est pas bien convenable! Et même si elle a un talent indéniable, et de surcroit l’oreille absolue, Arsène Leblanc n’en est pas moins têtu!


Jeune lilloise de naissance,âgée de dix ans seulement, Eléonore est envoyée à Paris chez son oncle et sa tante afin de travailler dans la blanchisserie familiale. Dix ans, c’est jeune, mais nous sommes sous Napoléon III, autant dire qu’à l’époque, les enfants travaillaient très tôt!


Le second empire, la troisième république, les Prusses etc… c’est une époque de l’histoire française, dont je n’avais pratiquement aucun souvenir… et pour le coup ce fut une très belle découverte!


Et oui, car ce roman fut un véritable coup de coeur! (le 2eme en peu de temps en effet)! C’est réellement un livre que je recommande. Eléonore est un modèle de persévérance, de courage et de volonté! Elle est passionée, et mène une vie passionnante! Elle est prête a tout pour vivre sa passion qu’est la musique, défendre ses idées politiques, les droits des femmes et des ouvriers, quitte à se déguiser en garçon pour travailler dans l’usine d’Adolphe Sax, et même monter sur les barricades aux côtés de Louise Michel!


Elle découvre plusieurs fois l’amour, fait de magnifiques rencontres, le plus souvent grâce a la musique. 


La lecture fut rapide! En effet, ça se lit tout seul! Je l’ai dévoré en quelques heures! C’est vraiment un récit qui nous transporte! On s’y voit vraiment et ce sans beaucoup de descriptions (ce qui m’arrange j’ai du mal quand il y a de looongues descriptions…Zola n’est PAS mon amis ;p), il faut dire, qu’on reste dans du roman jeunesse, donc très accessible, mais également très bien écrit!


J’ai été souvent émue, attendrie, j’ai beaucoup souri, un peu ri, les larmes m’ont parfois picoté les yeux! Ça vit quoi!


Bref, j’adooore! Et je n’ai qu’une hâte…lire la suite!!!!


Merci qui? Merci aux éditions Naïve et à Livraddict, pour leur confiance, et pour ce très beau livre!!


J’aime la qualité du papier, et la jolie couverture, toujours au rendez-vous chez Naïve!


Je vous note un petit extrait quand même que j’ai beaucoup aimé, et qui est une réplique de Rita une camarade de fanfare d’Eléonore:


« On vous fait naître, on vous nourrit, on vous fait l’amour, le ménage, la cuisine: pensez pas qu’il est temps qu’on s’amuse un peu? Pendant les guerres, ça vous dérange pas qu’on prenne la place des hommes, qu’on fabrique des fusils, qu’on vendange la vigne et qu’on cultive la terre! Mais là, jouer de la musique, ça, c’est… »


LE SOUFFLE DES MARQUISES, de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas dans roman historique 28l2rm

Challenge héroïne: Eléonore, est une héroïne de son temps. Et n’en est pas moins toujours d’actualité! Elle a refusée de se soumettre à l’interdiction de son père, s’est battue pour avoir le droit de travailler avec des hommes, a jouer de la musique, elle s’est battue pour la liberté au côté des inssurgés de Montmartre! Et tant d’autres choses!

Publié dans roman historique, roman jeunesse | 8 Commentaires »

LA FILLE DANS LE VERRE, de Jeffrey Ford

Posté par jellybells le 1 août 2010

la fille dans le verre jeffrey ford

« Arnaquer des riches crédules en organisant chez eux des séances de spiritisme est une chose, être soi-même la victime d’une sorte d’hallucination inexplicable en est une autre. Schell, illusionniste de talent, bien placé pour être le plus sceptique des hommes, a pourtant bien vu dans le reflet d’une baie vitrée l’image d’une fillette disparue. Fantôme ? Hallucination ? Mauvaise farce ? Dans l’Amérique en crise puritaine et hypocrite de la prohibition et alors qu’en Europe les thèses nazies donnent de la voix, Schell, accompagné d’un immigré mexicain de dix-sept ans et d’un ancien hercule de foire, refuse de trancher et décide de retrouver l’enfant. Pouvait-il imaginer qu’il allait, par sa curiosité, heurter de plein fouet un monde obscur et terrifiant ?… »


Un véritable coup de coeur, pour ce livre que j’avais pourtant hésité à demander en partenariat…En effet, la couverture avait tout pour plaire…elle est vraiment magnifique, et très intrigante, ainsi que le titre et le 4eme de couverture…

Mais bon, j’avais déjà pas mal de lectures en retard…Ma curiosité l’a emporté…et quel bonheur!!


Rares sont les livres qui me passionnent dès les 1eres pages! Celui-ci m’a happée, dès les 1eres lignes!!!


Les personnages, bien que des arnaqueurs, sont vraiment attachants, vus à travers les yeux du narrateur Diego, alias Ondou, jeune immigré Mexicain recueilli par Schell l’illusionniste et son chauffeur/ garde du corps et complice Anthony ancien hercule de foire. Ces trois là vivent en pleine période de crise aux Etats-Unis, dans les années 30, et vivent grâce à leurs séances de spiritisme qu’ils organisent. Evidemment tout est faux, mais ces séances sont magnifiquement décrites!


Mais un jour, Schell voit une mystérieuse apparition, une petite fille dans le verre d’une fenêtre… Fantôme? Vision? Une farce jouée par ses complices? Où tout simplement son esprit qui lui joue des tours… Mais une petite fille a bien disparue et les voilà embarqués dans une enquête afin de retrouver cette petite fille et découvrir ce qui lui est arrivé.


On se retrouve vraiment immergés dans cette ambiances des années 30, la dépression économique, la prohibition, l’auteur nourrit son récit de faits historiques, nous dévoile des techniques d’illusions, mais il y a aussi de l’amour (ça chauffe même un peu a un moment^^), de l’amitié. Il y a beaucoup d’humour mais aussi d’émotion, et même de la romance. Jeffrey Ford manie tout cela avec brio, et subtilité. L’humour vient souvent relâcher la pression après une scène particulièrement émouvante ou intense.


Les chapitres sont courts, la lecture est très agréable, le récit bien rythmés, les dialogues sont justes à tomber, les personnages originaux. Le trio en soi est déjà assez remarquable, mais à cela vont s’ajouter des personnages secondaires comme la femme-caoutchouc, l’homme-chien, faux fakirs etc…


J’ai beaucoup aimé également l’évolution des personnages, surtout le narrateur, qui devient un homme, découvre pour la première fois l’amour, et qui d’apprenti, de Ondou devient un homme, devient véritablement Diego. Il sort de sa chrysalide, tout comme les papillons très présents, qui passionnent et qu’élève Schell.


A propos des papillons, je vous note un extrait que j’adore…



« Il n’existe pas de meilleur stratagème au monde que celui du papillon. Il s’enveloppe tout nu dans une étoffe, sans rien prendre, vous pouvez vérifier, si vous voulez. Il travaille seul sans jamais quitter son cocon pendant l’exécution de son tour de magie. Le temps passe pendant lequel il se transforme uniquement avec ce qu’il a, rien d’autre que lui même, comme je viens de le dire. Et il ressort complètement différent. Un ravissement volant.

- Et qu’avez vous appris grâce à eux?

- Que simplicité et subtilité font les meilleures arnaques. Qu’une diversion doit attirer l’attention du pigeon vers le haut, en direction du ciel ou d’une meilleure image de lui même. Que la couleur est signe de danger. Qu’il faut essayer de sembler avoir autant d’yeux que possible »


Et un autre qui parle d’amour… ces deux passages sont de très bons passages et très représentatifs de ce qui vous attend dans ce roman…


« - Entre elle et lui, a-t-il ajouté, difficile de dire qui est le pigeon et qui est l’arnaqueur.

- Elle l’a eu.

- Il lui laisse peut-être croire qu’elle est en train de l’avoir.

- Elle lui laisse peut être croire qu’il lui laisse croire qu’elle est en train de l’avoir? Ai-je contré.

- L’amour . Une arnaque si cinglée qu’au moment où la balle est dans le canon, on ne sait pas si on a eu l’autre ou si c’est l’autre qui vous a eu. » 


Il y aurait encore pleins de choses à dire, mais je ne veux pas vous gâcher le plaisir de le découvrir vous-même!

J’espère qu’il vous plaira autant qu’à moi! Cela faisait longtemps que je n’étais pas tomber en amour d’un livre! Il me semble que la dernière fois que j’ai été autant enchantée par un livre, je devais avoir 15 ans (j’en ai presque 26!!!) et c’était L’écume des jours de Boris Vian , le 1er livre qui m’ait fait pleurer! D’ailleurs, La fille dans le verre m’a fait verser quelques larmes à la fin.


BREF…LISEZ-LE! Quand à moi, je pense tenter d’autres oeuvres de Jeffrey Ford!


Ce qui fait plaisir: La traduction de Gilles Goullet est vraiment très bien! Après avoir passé pas mal de temps le nez dans la Bit Lit cette année, qu’il est agréable de lire des livres avec une véritable qualité d’écriture et une bonne traduction! (j’aime beaucoup la bit lit, mais j’avoue que l’écriture en soit ne casse pas des briques, et les traductions sont désastreuses!)


Merci qui? Merci aux éditions Folio et à Livraddict pour ce partenariat! Je ne connaissais pas Jeffrey Ford, mais je n’ai qu’une hâte découvrir ses autres romans!!!

Publié dans policier polar roman noir | 7 Commentaires »

POTENS d’Ingrid Desjours

Posté par jellybells le 27 juillet 2010

POTENS d'Ingrid Desjours dans thriller rc6n2c

« Charlotte Delaumait a été ébouillantée et lacérée de coups de couteau. Membre de Potens, club pour surdoués, elle multipliait les amants comme les grossesses, et n’hésitait pas à faire chanter son entourage pour servir ses intérêts. Une femme que beaucoup rêvaient de voir disparaître, à commencer par son compagnon, le membre le plus brillant de Potens, mais aussi son patron, dont elle était la maîtresse, sans parler des aigris qu’elle repoussait sans ménagement. La psycho-criminologue Garance Hermosa infiltre ce club pour surdoués et tente de démasquer l’assassin, aussi joueur que manipulateur. Exercice d’autant plus difficile qu’un événement inattendu la renvoie à un passé effroyable qu’elle aurait préféré oublier, et la plonge dans la spirale de l’autodestruction. »

Le livre commence fort avec la scène du meurtre de Charlotte, du point de vue de l’assassin. Un passage assez dur, très violent, très graphique.

On passe en suite à un point de vue extérieur, assez clinique par moment, les personnages sont décortiqués comme pour des profils psychologiques, leurs sentiments, leurs gestes, leurs regards , tout est examiné minutieusement.

Le style est intéressant. J’ai trouvé certains passages assez durs, crus, et à d’autres passages, il y a ce côté clinique, et même parfois, assez poétiques. Et tout cela cohabite très bien ensemble! Le tout est très direct, percutant et vraiment bien tourné.

L’enquête est menée par le commandant Vivier et la profiler Garance Hermosa (Pour ceux qui ont lu Echo, ce n’est pas mon cas, mais, cela ne m’a pas géné dans ma lecture.). Celle ci infiltre le club Potens, une association pour surdoués dont faisait partie la victime.

Une enquête qui tombe mal pour Garance qui fait face à un deuil, et qui réveille les blessures d’un passé difficile.

On est plutot baladé tout le long… il y a pas mal de personnages, et tous sont suspects. On ne voit pas venir le dénouement. Donc, une intrigue bien menée, et beaucoup de suspens. On commence d’abord par penser à un crime passionnel, mais au fur et à mesure qu’on en apprend plus sur Potens, et sa mystérieuse branche «Alpha Pi », les magouilles politiques, financières, sans compter toutes les histoires d’adultères, de coucheries…on doute, on soupçonne, et on a qu’une envie savoir enfin le fin mot de l’histoire!

On assiste également à la déchéance de Garance, personnage (principal) que je n’ai pas trop apprécié au départ, puis qui m’a attendris, sa douleur m’a touchée, elle se punit continuellement, se refuse le bonheur, qu’elle pourrait pourtant trouver auprès de Patrik. On ne tombe pourtant jamais dans le pathos, ou la niaiserie (OUF!).

Un livre que je conseille, pour les adeptes du genre, et à ceux qui n’ont pas froid au yeux. Ames sensibles s’abstenir! Comme je l’ai dis, la scène d’ouverture est plutot trash, on a également le droit à une scène d’autopsie, et des thèmes récurrents comme le sexe, le suicide, l’automutilation etc…

Autant dire que Ingrid Desjours ne prend pas de gants! Elle nous décrit un univers très sombre, où se mêlents apparences, jeux de pouvoir et manipulation, où tous les personnages cachent leurs vrais visages, mais le masque s’effrite, jusqu’à faire apparaître la vérité toute nue.

Un petit mot, sur l’édition, qui est très belle ! La couverture, la mise en page soignée…ce doit être bien sympa, toute la collection nuit blanche dans une (Ma^^) bibliothèque… petit bémol, la couverture est très fragile, je l’ai pourtant dorlotté, mais le film plastique s’est décollé sur tout le contour…emoticone

UN grand merci aux éditions PLON (dont Emmanuelle Allibert, attachée de presse de chez Plon, et son petit mot pour souhaiter une bonne lecture! et me remercier! c’est Moi qui vous dit merci!!!!) et à Livraddict pour ce partenariat!(j’ai un petit peu de retard! J’ai eu quelques soucis de virus sur mon ordi, j’ai du faire un point de restauration, et évidemment, j’ai perdu ma critique! J’allais la rendre juste a temps…et mon blog a buggé!!!grrr! Donc désolée!!!!)

EDIT: EN fait non, j’étais pile poil dans les temps! puisque je l’avais reçu le 28! MERCI Nathalie d’avoir vérifié! ça me rassure!! 

bjg65f dans thriller  Challenge héroïne: Garance n’a rien mais alors RIEN a voir avec une petite brune qui habite dans un patelin au nom de couverts (Forks = fourchette ;p) et qui tombe éperdumment amoureuse d’un bel adonis immortel…Garance est une pro du profilage, travaille en infiltration et a une vie sentimentale et même sociale que personne n’envie! elle a un passé lourd qui pèse sur sa conscience. Elle pense ne pas mériter d’être aimer, mais ne supporte pas non plus que celui qu’elle aime puisse en aimer une autre…

Publié dans thriller | 10 Commentaires »

12345...7
 

poèmes d'une romantique ... |
C'est de l'autre côté de ma... |
escarpins et sac à dos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poésie net
| Conversation-Evasion
| Morganedoc