Imitation, de The Harvard Lampoon

Posté par jellybells le 5 décembre 2010

imitation, the harvard lampoon

 

« Les Vampires vous fascinent ?
N’hésitez plus, laisser vous tenter !

Quand Belle arrive dans son nouveau lycée, elle tombe sous le charme ravageur d’Ebouard, un geek hypersexy. En plus c’est sûr, c’est un vampire : il ne mange pas ses frites à la cantine et la neige… fond sur lui.
Mais comment, oh oui, comment faire pour le convaincre de la mordre et faire d’elle sont amour éternel ?

De la rrrromance, du danger, des parents complètement largués, un brin d’hystérie, une soirée « vampires », tous les ingrédients sont réunis pour une histoire d’amour encore plus incroyable que « Raison et Sentiments » et « Les Hauts de Hurlevent » réunis. » 


Je n’avais jamais lu de parodie auparavant, mais je suis friande des films de Mel brooks (Sacré robin des bois, dracula mort et heureux de l’être etc…) entre autres.

Pour moi, la parodie consiste à reprendre les personnages (mais aussi le contexte, le fonctionnement, les ficelles de l’oeuvre) et à les exagérer.

Hors, j’ai à peine reconnu Bella dans le personnage de Belle. On se retrouve à lire un peu plus de 150 pages dans la tête d’une ado pénible! Pimbêche, je-sais-tout, mais qui en réalité n’est qu’une sotte! Quand à Ebouard, encore plus difficile de faire le rapprochement entre ce geek qui a peur de tout, et Edward de Twilight.(Après vérification sur le net, a priori une parodie c’est soit l’exagération, soit l’inversion des caractéristiques d’une oeuvre… ooops autant pour moi)

J’ai trouvé cependant que les parents de Belle étaient réussis. L’écriture de Stephenie Meyer en prend pour son grade. Les effets de styles sont repris puissance mille!

Certaines choses m’ont amusée, mais  cela devient très vite lassant hélas!!

J’ai dû parfois me forcer à continuer ma lecture! J’ai ris de temps en temps, mais par moment… quelle purge!!!

L’histoire suis en gros la trame originale, et puis vers la fin, ça part carrément vers autre chose! Je ne sais pas si cela est dû a la traduction, ou si tout simplement le support livre ne me convient pas pour une parodie, mais alors que je cherchais à me détendre avec cette lecture… c’est assez indigeste par moments. L’humour est ce qu’il est, cela plait ou non. 

Bien que The Harvard Lampoon frappe souvent juste (et tout y passe, il n’épargne rien ni personne), le tout est malheureusement d’une grande lourdeur! Il y a de bonnes idées, de bonnes blagues, d’autres tombent (pour ma part ) carrément à plat, surtout quand on s’éloigne trop de l’histoire et des personnages originaux. Ils sont tellement différents par moment, qu’on se demande si c’est bien une parodie de la célèbre saga. Un coup d’oeil à la couverture (que j’aime beaucoup!) oui, c’est bien de Twilight dont on rit!

Bref, je ne sais pas trop quoi en penser. Je suis plutôt déçue dans l’ensemble, même si j’ai bien ris par moment (perso, j’ai bien aimé le passage de la ruelle, avec Ebouard qui pète les plombs « elle ne joue que sur nintendo!lol!)

voici quelques extraits qui m’ont bien plu:

« je tapais un mot, un seul: « vampre ». Google me proposa d’essayer l’orthographe « vampire » et je tapai: « OK ».

Je fus confondue par les résultats qui s’affichèrent: « Nosferatu », « l’entrainement de Buffy Summers », « début d’idylle pour Kristen Stewart », « fuite du 5e opus de la saga Twilight », Robert Pattinson chante le blues »

« Pas question que j’aille encore dans un magasin de vêtements, les filles. Je suis un modèle pour plus d’un million d’adolescentes dans le monde, et je dois leur montrer qu’il y a autre chose que les fringues dans la vie. Il y a aussi des romans. Des romans à l’eau de rose pour celles qui aiment les monstres en tout genre »

« Végétarien » signifie pour les vampires qu’ils ne se nourrissent pas de sang humain. Franchement, je trouve que « kasher » est une meilleure analogie »

 

En parlant de parodies, et de Twilight: sachez que le 24novembre 2010 est sortie dans les salles de ciné une parodie intitulée Mords-moi sans hésitation (Vampires sucks). J’attendrai la sortie DVD pour le louer. D’après la Bande annonce, je m’attend au pire, ou pas…certains passages sont très drôles (mais ce n’est qu’une BA!)

 Image de prévisualisation YouTube

 

Merci à Livr@ddict et aux éditions Castelmore pour ce partenariat!

Ma soeur Flof13 a également participé à ce part, vous trouverez son avis ICI et celui de ma nièce Coquelicot, LA!

 

 

 

 

Publié dans roman jeunesse | 11 Commentaires »

Jeanne, de Jacques Cassabois

Posté par jellybells le 14 novembre 2010

jeanne de jacques cassabois

« Jeanne. Car Jeanne d’Arc était Jeanne avant d’être chef de guerre. Figure emblématique de notre histoire, elle était surtout une jeune fille de dix-sept ans. Sa fabuleuse épopée va bouleverser le royaume de France. En deux ans, Jeanne fait sacrer un roi, repousse les Anglais, ravive la confiance d’un peuple tout entier. Sainte ou visionnaire ? Jeanne, l’étincelle de Domrémy, était d’abord un être d’exception, traversant chaque instant avec toute son énergie et son amour de vivre. »

N’étant pas une experte sur la guerre de cent ans, je ne peux affirmer la véracité de tout ce qu’il y est décrit, d’autant qu’une grande part de l’histoire de Jeanne d’Arc est liée à ses « visions », son lien avec Dieu qui l’aurait guidé de sa petite vie de bergère à Domrémy à celle d’une combattante courageuse, grande stratège, menant des combats sur des champs de batailles, et tout cela du haut de ses dix sept ans (à peu près…nous ne connaissons pas sa date précise de naissance). On sent le travail de recherche, beaucoup de détails sont donnés (rien qu’à voir toutes les sources de l’auteur, nul doute qu’il s’est bien documenté), jusqu’aux cartes à la fin du livre, pour mieux se repérer géographiquement.


J’aime beaucoup le personnage de Jeanne, sa foi, son courage, impressionnent. Elle possède un charisme et une personnalité hors du commun, à un si jeune âge, et à une telle époque, devoir se faire respecter et entendre par des hommes, bien plus âgés et expérimentés qu’elle! Cela force l’admiration! Ou la jalousie et la crainte chez d’autres…


J’ai certaines réserves sur ce livre, qui bien que très intéressant, m’a quand même dérouté dans le style…Ce n’est peut être qu’une impression  mais il y a ce côté détaché dans la description…j’avais parfois l’impression de lire le texte d’une voix off d’un docu-fiction , sans doute une volonté de Jacques Cassabois d’écrire un roman fiable d’un point de vue historique; et par moment, il y a au contraire un certain émoi, notamment lorsqu’il est question des transes de Jeanne, lorsqu’elle communique avec Dieu. Là le récit se fait plus passionné il me semble…

Il s’agit à mon avis d’un parti pris de l’auteur.  C’est assez déroutant, d’un coté un style qui fait très détaché dans les descriptions, et de l’autre, une ferveur palpable.

On ressent l’admiration et l’empathie de l’auteur pour cette héroïne, il nous les communique. Mais la part qu’il donne à la spiritualité me gêne.

C’est un problème que je rencontre parfois avec la lecture de romans historiques! D’autant qu’ici le livre est tellement précis, documenté…qu’on en oublie que c’est un roman! Et c’est cela qui est dérangeant! Je me suis perdu un peu en me demandant si l’auteur ne cherchait pas a faire du « don » de Jeanne une vérité historique! Il ne s’agit pas d’un documentaire, mais bien d’un roman, mais l’auteur nous le fait aisément oublier.

En plus de cela j’avoue que je me suis lassée au fur et a mesure du livre…les batailles, tout ça…j’ai commencé vers la moitié du livre à m’ennuyer. J’ai eu du mal à le finir! C’est très répétitif.


Une lecture intéressante, qui m’a permis de revoir une partie de l’histoire de France que je n’avais pas visité depuis bien longtemps, mais cela ne fut malheureusement pas suffisant pour moi. Ce qui m’a déplut l’emporte hélas sur les points positifs! Je m’attendais à quelque chose de bien différent, plus dynamique, moins documentaire.

Merci à Livraddict ainsi qu’aux Editions Hachette jeunesse pour ce partenariat!

Publié dans roman historique, roman jeunesse | 3 Commentaires »

LE SOUFFLE DES MARQUISES, de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas

Posté par jellybells le 2 août 2010

le souffle des marquise de muriel bloch

  

« Lille, 1862 : Éléonore a dix ans et une oreille exceptionnelle.
Son père devient fou de rage lorsqu’il découvre qu’elle joue de la musique en cachette : ce n’est pas convenable ! Pour lui faire passer l’envie de devenir musicienne, il l’envoie à Paris chez son oncle et sa tante, qui tiennent une blanchisserie. Mais l’enfant trouve vite le moyen de se faire embaucher dans l’atelier de fabrication d’instruments de Monsieur Adolphe Sax, le génial inventeur du saxophone.
Commence alors une vie peuplée d’amitiés et d’amours impossibles, entre Montmartre et Pigalle, où se croisent peintres, artistes et tout le petit peuple de Paris, aux temps de la Commune et des premières Expositions universelles. Devenue une musicienne hors pair, Éléonore rencontre un trompettiste américain qui va bouleverser sa vie. Le souffle de cet amour la conduira au-delà de l’Atlantique, jusqu’à La Nouvelle-Orléans…
Le premier tome d’une saga historique, qui, à travers des figures incontournables de la musique, comme les frères Sax, raconte le destin hors du commun d’une jeune fille passionnée et éprise de liberté. »


Je n’avais (il me semble) jamais lu de romans historiques…a vrai dire, j’avais une certaine appréhension…je pense sincèrement que c’est un genre délicat à manier. Mais le résumé m’avait fortement mis l’eau a la bouche…et cette couverture!!!


J’ai avec plaisir suivi les aventures d’Eléonore Leblanc, jeune cornettiste (elle joue du cornet à piston, qui est un instrument a vent en cuivre) dont le père refuse de la laisser jouer! Pensez-vous, une fille musicienne, ce n’est pas bien convenable! Et même si elle a un talent indéniable, et de surcroit l’oreille absolue, Arsène Leblanc n’en est pas moins têtu!


Jeune lilloise de naissance,âgée de dix ans seulement, Eléonore est envoyée à Paris chez son oncle et sa tante afin de travailler dans la blanchisserie familiale. Dix ans, c’est jeune, mais nous sommes sous Napoléon III, autant dire qu’à l’époque, les enfants travaillaient très tôt!


Le second empire, la troisième république, les Prusses etc… c’est une époque de l’histoire française, dont je n’avais pratiquement aucun souvenir… et pour le coup ce fut une très belle découverte!


Et oui, car ce roman fut un véritable coup de coeur! (le 2eme en peu de temps en effet)! C’est réellement un livre que je recommande. Eléonore est un modèle de persévérance, de courage et de volonté! Elle est passionée, et mène une vie passionnante! Elle est prête a tout pour vivre sa passion qu’est la musique, défendre ses idées politiques, les droits des femmes et des ouvriers, quitte à se déguiser en garçon pour travailler dans l’usine d’Adolphe Sax, et même monter sur les barricades aux côtés de Louise Michel!


Elle découvre plusieurs fois l’amour, fait de magnifiques rencontres, le plus souvent grâce a la musique. 


La lecture fut rapide! En effet, ça se lit tout seul! Je l’ai dévoré en quelques heures! C’est vraiment un récit qui nous transporte! On s’y voit vraiment et ce sans beaucoup de descriptions (ce qui m’arrange j’ai du mal quand il y a de looongues descriptions…Zola n’est PAS mon amis ;p), il faut dire, qu’on reste dans du roman jeunesse, donc très accessible, mais également très bien écrit!


J’ai été souvent émue, attendrie, j’ai beaucoup souri, un peu ri, les larmes m’ont parfois picoté les yeux! Ça vit quoi!


Bref, j’adooore! Et je n’ai qu’une hâte…lire la suite!!!!


Merci qui? Merci aux éditions Naïve et à Livraddict, pour leur confiance, et pour ce très beau livre!!


J’aime la qualité du papier, et la jolie couverture, toujours au rendez-vous chez Naïve!


Je vous note un petit extrait quand même que j’ai beaucoup aimé, et qui est une réplique de Rita une camarade de fanfare d’Eléonore:


« On vous fait naître, on vous nourrit, on vous fait l’amour, le ménage, la cuisine: pensez pas qu’il est temps qu’on s’amuse un peu? Pendant les guerres, ça vous dérange pas qu’on prenne la place des hommes, qu’on fabrique des fusils, qu’on vendange la vigne et qu’on cultive la terre! Mais là, jouer de la musique, ça, c’est… »


LE SOUFFLE DES MARQUISES, de Muriel Bloch et Marie-Pierre Farkas dans roman historique 28l2rm

Challenge héroïne: Eléonore, est une héroïne de son temps. Et n’en est pas moins toujours d’actualité! Elle a refusée de se soumettre à l’interdiction de son père, s’est battue pour avoir le droit de travailler avec des hommes, a jouer de la musique, elle s’est battue pour la liberté au côté des inssurgés de Montmartre! Et tant d’autres choses!

Publié dans roman historique, roman jeunesse | 8 Commentaires »

 

poèmes d'une romantique ... |
C'est de l'autre côté de ma... |
escarpins et sac à dos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Poésie net
| Conversation-Evasion
| Morganedoc